Introspection d’un joueur de pipeau

De pipeau et de 14 autres instruments découverts entre Bretagne et Tahiti. Apprendre à jouer d’un instrument SEUL est donc l’aventure que j’ai vécue 14 fois. A chaque fois on me dit que je suis doué, à chaque fois mon introspection me dit que c’est autre chose que le don, une relation différente à l’instrument et à la musique. Témoignage.

Les titres
Des neurones en + avec le storytelling
Rencontres : Chinois à Lyon et Gnaoua au Maroc
Quand le musicien fabrique ses instruments de musique
Un mauvais élève … en musique et ailleurs
Rencontres d’à côté et d’outre océan

Dans toutes les disciplines c’est comme ça !
Une histoire de plombiers
Toujours commencer par un truc compliqué
La fertilisation croisée

Une fabrique de communs
Crédit photos

Des neurones en + avec le storytelling

C’est le thème qui relie les articles de ce blog.
La musique est un langage avec un tempo : cerveau gauche
La musique est un geste dans un espace : cerveau droit
Le musicien « parle » avec les gestes dans l’espace et le tempo : liaisons neuronales entre cerveaux droit et gauche

Sur les 5 continents, rencontrer des gens et leurs musiques a été mon « loisir ».
J’ai toujours refusé de devenir musicien ou chanteur professionnel.
Ce qui m’aurait interdit la plupart des rencontres que je vais raconter ici.

Rencontres : Chinois à Lyon et Gnaoua au Maroc

J’ai 40 ans.
Je suis invité à un nouvel an chinois par des Chinois.
Au hasard je prends une flute baroque en Fa.
Un des convives chinois a une flute traversière … chinoise.
Il y a une chance sur 48 que les instruments soient de la même tonalités. (1)
Et ça marche !
Nous sommes de deux cultures très différentes mais nous jouons longuement ensemble.

(1) 12 notes, 440 ou 432, majeur ou mineur

J’ai 30 ans.
Je suis au Maroc pour mon travail.
Je prends quand même un peu de temps pour aller à Marrakech.
Place Dj’mâa el Fna un Gnaoua joue de la zurna.
Le serpent venimeux est sourd, la musique c’est pour les spectateurs.
Les touristes regardent le serpent, je regarde les doigts du musicien sur la zurna.

Charmeur de serpent place Dj’mâa El Fna à Marrakech

L’heure du repas arrive, le charmeur « plie » son serpent, me regarde et me tend la zurna.
Je joue la zurna car c’est un instrument identique à la bombarde bretonne dont nous parlerons tout à l’heure.
Le contact est établi.

Quand le musicien fabrique ses instruments de musique

Adolescence.
Je fabrique une guitare puis j’invente une sorte de guitare à 12 codes.
Plus tard.
Je fabrique une clarinette sur la base d’un tube de PVC très ordinaire.
J’étudie la réalisation d’un hautbois d’amour sur la base d’une canne à pêche en fibre.
Tout cela se fait sur la base d’équations sophistiquées !!!
1997
Je restaure une maison et je récupère un tube PVC de 40 cm de diamètre.
Je fabrique une sorte de surdo.

2014
Je construis mon atelier ; un tube de 80 cm de diamètre et une « peau de bête » donnent naissance à un nouvel instrument.

Invention d’un tambour inspiré du taiko japonais

Il faut ajouter à cela les réparations et restaurations d’instruments de musique divers.

Cette pratique entraine nécessairement une relation particulière à l’instrument, à la matière qui le constitue, à la vibration de cette matière.

Un mauvais élève, en musique et ailleurs

J’ai onze ans.
J’ai emprunté la flute de mon frère et j’ai appris à jouer une centaine de ritournelles d’oreille.
Au collège j’ai de très mauvaises notes en musique !!!
Non seulement je joue la flute mais aussi l’harmonica et le banjo à quatre cordes.
Mon expérience concrète, physique, de la musique ne trouve pas d’écho dans le discours abstrait de la prof de musique.

J’ai presque 40 ans.
Je vois de la lumière, j’entre et je demande si je peux participer à ce stage pour profs de musique.
En effet, la semaine précédente, j’ai entendu – par hasard – ce qui se passait dans le même stage avec un autre groupe et ça m’a inspiré.
Ça commence avec des trucs où il faut chanter d’après une partition : je suis pas bon là dedans.
Les jeunes profs de musique – stagiaires comme moi – se demandent ce que je fais dans ce stage.
Pour le second volet il nous est demandé de composer un petit truc.
Je n’ai jamais appris à composer mais en jazz et en blues j’ai improvisé pendant des heures et des heures.
Si je mets mon improvisation dans un enregistreur ça devient assez facilement une composition.

C’est à dire que je ne sais pas ce que c’est que composer de la musique mais je peux composer une pièce de musique assez conséquente.

Les profs de musique ne comprennent rien à mon truc : au début du stage le mec il est pas à l’aise avec des trucs simples de musique mais quand il s’agit de composer, il fait ça comme il respire.

Je serai très sensible à la phrase de Milton Erickson :
« Je sais qu’il y a des choses que tu sais mais tu ne sais pas que tu les sais !« 

Rencontres d’à côté et d’outre océan

J’ai appris le banjo et l’harmonica avec les instruments de mon Papa.
J’ai appris avec la flute puis la clarinette puis la batterie de mon frère.
J’ai appris le saxophone qu’un copain m’a prêté.
J’accompagne le chant avec la guitare que m’a donné mon beau-frère.
Les seuls instruments où j’ai eu quelques cours sont les euphonium basse et contrebasse …

Trois euphonium

J’ai 22 ans et puis …

Une flute pentatonique amérindienne de chez High spirits

Je « monte » à Paris pour un stage.
Je rencontre un Chilien et je me retrouve sur scène au Centre américain du Boulevard Raspail.
Encore une chose que les musiciens professionnels ont le plus grand mal à comprendre.
Le temps court entre le moment où je découvre un instrument de musique et un genre musical et celui où je me retrouve sur scène.
Comment comprendre cela ?
Exemple
Si l’objectif est de jouer El condor pasa sur scène, alors ma « formation » consiste à jouer El condor pasa, jouer et rejouer.
Et ne pas faire d’introduction, de préambule c’est à dire jouer ces choses mièvres qu’il y a dans les méthodes pour débutant.
Bien sûr – avec ma méthode « droit au but » je vais jouer mille fausses notes mais je vais être dans l’énergie de la musique. Pour la flute amérindienne, je suis dans l’énergie du chamane des Andes.
La clé c’est d’accepter de jouer faux pendant un certain temps.

Dans toutes les disciplines c’est comme ça !
En 1979, je décide de devenir ingénieur en informatique, chez moi, avec l’ordinateur que m’a prêté un voisin – j’ai la jambe dans le plâtre puis une attelle pendant plusieurs mois.
Je procède de la même manière.

Avec l’ordinateur on peut aussi utiliser la méthode « droit au but » = écrire des lignes de programme et voir ce qui se passe.
Et devenir formateur d’ingénieurs chez Hewlett & Packard !

Une histoire de plombiers

C’est l’histoire de deux petits gars qui font leur école de plomberie puis s’installent à faire la plomberie généraliste : des maisons neuves.
Quelques temps plus tard, je les retrouve qui font du travail « à la chaine » dans la construction d’HLM.
« On en avait ras le bol de réfléchir ! » me disent-ils …
Je pense à eux quand je cherche – à l’instant – une métaphore de ma relation à l’instrument de musique et à la musique.
D’un côté je suis le plombier généraliste qui joue des différentes familles d’instrument – cordes, bois, cuivres, percussions.
Mais quand j’ai un projet précis avec un instrument précis je fais « le spécialiste qui réfléchit pas« .
Exemple pour le piano
En 2011 – pour les besoins d’un film – j’apprends à jouer un petit air de Telemann au piano.
Dans le genre de celui présenté par Sally Christian.
Sauf que tout ce qu’explique Sally je le découvre par moi-même.
Et que je n’ai pas l’objectif de devenir pianiste mais juste de jouer UN petit air.
Bien sûr, je ne suis pas à l’abri d’attraper le virus et de décider de devenir pianiste !!!

Toujours commencer par un truc compliqué

C’est un peu comme ça que je procède.
Un truc compliqué c’est un défi ! Et j’aime les défis.
Exemple 1
Adolescent, je veux faire des progrès avec l’harmonica chromatique alors j’achète la partition de la Danse du sabre.
C’est très dur donc très motivant.

Au contraire, j’ai toujours vu les profs de musique proposer à leur élève de jouer quelque chose de simple.
C’est insupportable pour moi d’ânonner un morceau simple.
Dans un exercice simple il n’y a aucune énergie.

Bombarde au fond et biniou koz devant – en Bretagne

Exemple 2
J’ai 27 ans quand je décide d’intégrer un bagad breton.
Joel, l’animateur, me donne une caisse avec une bombarde, un biniou koz, des enregistrements et des partitions.
Je teste les deux instruments et porte mon choix sur la bombarde.
C’est un choix de fou !
Pour réussir à sortir un son propre de ce type d’instrument à double anche il faut des lèvres en acier.
Et pour avoir des lèvres en acier il faut jouer chaque jour sans faute suffisamment longtemps.
Suffisamment ça veut dire assez longtemps pour te faire des lèvres en acier.
Suffisamment ça veut dire que quelques minutes de trop et tu te claques les lèvres et tu dois t’arrêter pendant très longtemps avant de pouvoir rejouer.
Là encore je choisis un morceau plutôt difficile qui me motive.

La fertilisation croisée

Concept de ce cher Gregory Bateson.
J’observe que lorsque j’apprends un nouvel instrument je fais des progrès avec les instruments précédents que je continue à jouer.
Actuellement je joue diverses sortes de flutes, des harmonicas, des percussions, la guitare pour accompagner, le saxophone MIDI.
Je te présente le petit nouveau qu’Antony Charretier m’a conçu et fabriqué sur mesure.

Le tank drum ou tongue drum spécialement réalisé en Fa – base La 432 Hz

J’explore l’instrument.
Lorsque je joue trois sons et que ces sons existent dans l’un des milliers de morceaux que j’ai en tête alors c’est parti !

Par ailleurs, je vais enregistrer chaque note pour ensuite composer sur l’ordinateur un accompagnement sur lequel je jouerai la flute en fa et la guitare accordées en 432.

Une fabrique de communs

Chaque jour les bénévoles d’Une fabrique de communs écrivent des articles pour répondre aux questions des personnes malades, des étudiants, des bricoleurs-castors, etc.
Pour produire les documents il faut des ordinateurs, des caméras, des enregistreurs son, etc.
Il faut également acheter certaines images.

Pour faire un don, merci de cliquer sur l’image.

Crédit photos

Charmeur de serpent : Photo achetée sur Alamy

Source image Vase grec WikiMedia ArchaiOptix Altes Museum Berlin

Flute amérindienne

Bombarde et biniou koz

Taiko

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s